Grindmill songs 1996-2016

(Article en français)



Update in June 2017:

Our call has been heard! The Grindmill songs project is now fully supported by PARI (People’s Archive of Rural India, started by P. Sainath). Visit their website!


Thanks for sharing and circulating!

My name is Bernard Bel. I am a retired computer scientist formerly appointed with Laboratoire Parole et Langage, a speech research laboratory of CNRS/AMU.

Singer

Twenty years ago, I joined the team of Centre for Cooperative Research in Social Sciences (CCRSS) created in 1980 by Hema Rairkar and Guy Poitevin to promote action-research work on social activism in Maharashtra (India). The CCRSS team enlisted the animators of an informal group named “Collective of the Poor of the Mountain” (Garīb Dhongarī Sangatnā, GDS, गरीब डोंगरी संघटना).

GDS had placed its focus from the start on the empowerment of women belonging to downtrodden rural communities. In this context, they understood the self-expressive power of singing at the grindmill before sunrise, a collective feminine act of speech. Poetic creation and interpretation of these songs do not stand as an utterance for one’s own sake, private benefit or solitary satisfaction. They are aimed at establishing an interpersonal relation, a binding between subjects.

In 1996, thousands of song texts had already been transcribed and classified by collectors belonging to the same rural communities. The Grindmill songs project was supported from 1993 to 1998 by UNESCO, the Netherlands Ministry for Development Cooperation and the Charles Léopold Mayer Foundation for the Progress of Humankind.

meule5Although Marathi is the common language of Maharashtra, peasant singers often assign unusual semantic contents to words and phrases, along with implicit references to events and behavioural patterns characteristic of their world. Therefore, the corpus of grindmill songs needed to be strongly structured to enable systematic analytical work. In addition, spoken/sung language requires the sharing of transcription and spelling conventions for the sake of text consistency (in Devanagari script). I trained the team in the use of a relational database linking texts, performers, locations and semantic classification (see description). In the same time we started doing systematic sound recordings of performances in villages using digital audio tape (DAT) and we collected a small footage of video recordings.

The corpus of grindmill songs in Maharashtra has been used as a documentary material for reference publications in English, French and Marathi languages until the death of its initiators in 2004 and 2010 (see bibliography).

The practice of singing at the grindmill almost disappeared during the last decade because of the availability of mechanical devices.

Jitendra & Hema

Jitendra Maid and Hema Rairkar

I had a personal commitment with Guy, Hema and the CCRSS/GDS teams to taking care of the long-term preservation and public dissemination of this unique piece of cultural heritage. The corpus should be available free of charge to scholarly research (linguistics, musicology, social anthropology etc.) and in the same time returned to the community from which it originated.

This challenge is met today thanks to the availability of free networking resources. In March 2015, the project was revived after the donation of customised equipment to the team working in Pune. Together we designed the initial publication format of the corpus. This required a serious investment in re-engineering the database.

The “I tell you woman!” website (http://grindmill.org) gives access via its database to the texts and classification of more than 110,000 songs, among which about 40,000 have been translated to English and/or French. Source data is stored on the SLDR/ORTOLANG repository of linguistic resources dedicated to long-term preservation and open-access dissemination. For example, songs collected in the village of Mogra are available on this page, along with (incomplete) translations, access to sound recordings and links with all related material.

Asha-Raju

Rajani Khaladkar and Asha Ogale

The project team is in charge of completing English translations, finalising transcriptions and finishing the indexing of sound recordings. It is directed by Ms. Asha Ogale, a documentalist and translator who has gained expertise of this language over two decades. She is assisted (part-time) by Ms. Rajani Khaladkar and Mr. Jitendra Maid who have been involved in the collection and analysis of songs since the onset of the project. I personally work on the indexing and chunking of sound recordings, as well as uploading revised metadata. Working with our core team is indispensable for the consistency of transcriptions, translations and indexing.

The duration of the project has been estimated two years and its budget (indexed on the exchange rate of Indian Rupee) would be approximately 560 euros per month. Planning and deliverables (as anticipated in June 2015) are listed here.

Unfortunately, work has been interrupted since July 2015 due to the lack of financial resources. Delay is problematic since the elder team member is already 81-year old.

We are also trying to affiliate Indian team members with a (public or private) research institution, in India or abroad, as it would render the project eligible for grants from funding agencies such as the ELDP/SOAS in the UK or ELP in the USA. Given the size, quality and uniqueness of this cultural heritage, we strongly believe that institutions taking care of endangered languages will find it worth supporting.

We call for all kinds of partnership in which several institutions could be involved. Corporate patronage is also welcome (send mail to contact(at)grindmill.org).

Individual donations are collected and forwarded by Association Guy Poitevin Inde-Mayenne (GPIM) whose president is Jean-Marie Poitevin (Guy Poitevin’s brother).

Even a few euros of support on your part will be warmly appreciated, as it may allow us to resume project work without delay!

The donation procedure is explained in English on page:
https://grindmill.org/finance/donate/

Readers conversant with French may directly access:
http://www.helloasso.com/utilisateurs/gpim/collectes/je-te-le-dis-femme

Advertisements

Chants de la mouture 1996-2016

(Same post in English)


Mise à jour,  juin 2017 :

Notre appel a été entendu ! Le projet Grindmill songs est maintenant soutenu par PARI (People’s Archive of Rural India, fondée par P. Sainath).  Visiter leur site !


Merci de partager et faire circuler !

Mon nom est Bernard Bel. Informaticien à la retraite, j’étais précédemment affilié au Laboratoire Parole et Langage (CNRS/AMU).

Singer

Il y a vingt ans, j’ai rejoint l’équipe du Centre de recherches coopératives en sciences sociales (Centre for Cooperative Research in Social Sciences, CCRSS) fondé en 1980 par Hema Rairkar et Guy Poitevin pour promouvoir leur travail de recherche-action sur l’intervention sociale au Maharashtra (Inde). Cette équipe comprenait les animateurs d’un groupe informel qui s’intitule le « Collectif des pauvres de la montagne » (Garīb Dhongarī Sangatnā, GDS, गरीब डोंगरी संघटना).

Dès son origine, le GDS a mis l’accent sur l’émancipation des femmes des communautés rurales les plus défavorisées. Dans ce contexte, ils ont découvert le pouvoir expressif d’un acte de parole féminin collectif : les chants qui accompagnent la mouture du grain avant le lever du soleil.  La création poétique et l’interprétation des chants ne sont pas un mode d’expression visant un bénéfice personnel. Elles ont pour but d’établir une relation interpersonnelle, un lien entre les sujets.

En 1996, des milliers de chants avaient déjà été transcrits et classés par les collecteurs appartenant aux mêmes communautés rurales. Le projet “Grindmill songs” a bénéficié entre 1993 et 1998 du soutien de l’UNESCO, du Netherlands Ministry for Development Cooperation et de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme.

meule5Bien que le marathi soit la langue unique du Maharashtra, les chanteuses paysannes  assignent souvent un contenu sémantique inhabituel aux mots et expressions, faisant usage de références implicites à des événements locaux ou des comportements sociaux caractéristiques de leur monde. Par conséquent, le corpus de chants de la mouture avait besoin d’être fortement structuré pour se plier à un travail analytique systématique. De plus, la langue parlée/chantée nécessite le partage de conventions de transcription et d’orthographe pour garantir la cohérence des textes (en graphie devanagari). J’ai donc formé l’équipe à l’utilisation d’une base de données relationnelle (voir description) reliant les textes, les personnes, les lieux et la classification sémantique des chants. À la même époque, nous avons commencé à enregistrer systématiquement les chants dans les villages sur un support audionumérique (cassettes DAT) et nous avons réalisé quelques vidéos.

Le corpus de chants de la mouture au Maharashtra a été utilisé comme source documentaire de publications de référence en anglais, français et marathi, jusqu’au décès de ses fondateurs en 2004 et 2010 (voir bibliographie).

Suite à l’introduction de la meunerie mécanique, la pratique du chant lors de la mouture du grain a quasiment disparu durant la dernière décennie.

Jitendra & Hema

Jitendra Maid and Hema Rairkar

Je m’étais engagé personnellement auprès de Guy, Hema, et de l’équipe du CCRSS/GDS à prendre en charge l’archivage pérenne et la diffusion publique de ce trésor patrimonial sans équivalent. Le corpus doit être ouvert gratuitement à la recherche académique — linguistique, musicologie, anthropologie sociale… — en même temps que restitué à sa communauté d’origine.

Ce défi a pu être relevé grâce au développement de ressources gratuites de mise en réseau. En mars 2015, le projet a été relancé par la fourniture d’un équipement spécialement configuré à l’équipe qui travaille à Pune. Nous avons mis au point ensemble le format d’une première publication du corpus, ce qui a requis un sérieux investissement de re-engineering de la base de données.

Le site thématique « Je te le dis, femme ! » (http://grindmill.org) donne accès à cette base de données de textes et de classification de 110000 chants, dont environ 40000 ont été traduits en anglais et/ou français. Les données sources sont hébergées sur le serveur linguistique SLDR/ORTOLANG qui assure leur conservation à long terme et leur partage en accès ouvert. Par exemple, on trouve sur cette page les chants collectés dans le village de Mogra, leurs traductions (à compléter), l’intégralité des documents sonores et les liens vers tous les éléments qui leur sont associés.

Asha-Raju

Rajani Khaladkar and Asha Ogale

L’équipe du projet est chargée des traductions en anglais, de la correction des transcriptions et de l’indexation des enregistrements sonores. Elle est dirigée par Mme Asha Ogale, documentaliste et traductrice, qui a acquis l’expertise de cette langue depuis deux décennies. Elle bénéficie de l’assistance (à temps partiel) de Mme Rajani Khaladkar et M. Jitendra Maid qui ont participé à la collection et l’analyse des chants dès le début du projet. Je travaille personnellement à l’indexation et la segmentation des enregistrements, ainsi qu’à la mise en ligne des métadonnées révisées. La pérennité de notre équipe est indispensable pour assurer la cohérence des transcriptions, des traductions et de l’indexation.

La durée du projet est estimée à deux ans et son budget (indexé sur le taux de change de la roupie indienne) serait approximativement de 560 euros par mois. Le planning et les délivrables (proposés en juin 2015) sont précisés sur cette page.

Malheureusement, le travail a dû être suspendu en juillet 2015 en raison de l’insuffisance de financement. Tout retard est problématique car la doyenne de l’équipe est âgée de 81 ans.

Nous souhaiterions par ailleurs obtenir l’affiliation des membres indiens de l’équipe à un organisme de recherche (public ou privé), en Inde ou à l’étranger, afin que le projet puisse faire l’objet d’une demande de subvention auprès d’institutions comme ELDP/SOAS au Royaume-Uni ou ELP aux USA.  Étant donnés le volume, la qualité et l’unicité de ce patrimoine culturel, nous sommes convaincus que des organismes chargés de la préservation de langues en danger jugeront pertinente une telle contribution.

Nous lançons un appel à toute forme de partenariat qui pourrait éventuellement s’appuyer sur plusieurs institutions. Nous sommes également favorables au mécénat d’entreprises (envoyer un courrier à contact(arobase)grindmill.org).

Les dons individuels sont collectés sur un financement coopératif (HelloAsso) et transmis à l’équipe par l’Association Guy Poitevin Inde-Mayenne (GPIM) présidée par Jean-Marie Poitevin (frère de Guy Poitevin).

Même pour quelques euros, votre participation serait vivement appréciée, car elle nous permettrait de relancer sans plus tarder le travail sur ce projet !

La procédure de collecte est expliquée en anglais sur la page :
https://grindmill.org/finance/donate/

Les francophones peuvent aller directement sur la page :
http://www.helloasso.com/utilisateurs/gpim/collectes/je-te-le-dis-femme